Boîte de pistolets militaires de Nicolas-Noël Boutet (Armes d´Honneur) (G)

Exceptionnelle boîte de pistolets militaires de Nicolas-Noël Boutet ayant appartenu au Général français de la Révolution Jean Victor Marie Moreau (1763-1813) qui prêta main-forte à Bonaparte lors du coup d’Etat du 18 brumaire. Moreau se ralie au tsar Alexandre 1er et fut mortellement blessé par un boulet français à la bataille de Dresde le 27 août 1813. Son corps repose en l´église Sainte Catherine à Saint-Pétersbourg; il obtint le grade de Feld-Marshal de Russie. Moreau a offert ces pièces au Général de Brigade François-Joseph Leguay (1764-1812).

Les pistolets damasquinés en or aux attributs militaires sur les canons sont signés sur ceux-ci, Boutet Directeur Artiste Manufacture A Versailles et respectivement sur les platines Boutet Directeur et Manufacture à Versailles.

Boîte de pistolets d´Honneur d´Officier Supérieur.

Platines à corps plat signées «Boutet Directeur» et «Manufacture à Versailles».

Chien en col de cygne avec crête galbée en volute.

Bassinet garde-feu, batterie en acier, arête sur sa face extérieure.

Rosettes porte-vis guillochées en contre-platines.

Canons à fines rayures, damasquinés en or aux attributs militaires, acier en damas bruni à huit pans légèrement tromblonnés à la bouche damasquinée à l´or portant la signature «Boutet Directeur Artiste Manufacture A Versailles ».

Trois poinçons ovoïdes au tonnerre dont celui de Nicolas-Noël Boutet au centre «NB».

Le pontet est profilé à l’avant en forme d’urne allongée.

Baguette en fanon de baleine avec embout en ivoire, tête en acier gravé tenue par deux longs tonnelets à facettes polies aux extrémités travaillées en méplats.

Montures sculptées à fût long.

Crosse sculptée, finement quadrillée, pentée finissant en pommeau ovoïde entouré d´une frise perlée sculptée, calotte ovale plate et gravée.

Toutes les vis sont finement guillochées.

Biographie du général de brigade Leguay.

Entré au service comme capitaine au 1er bataillon d'Ille-et-Vilaine, lors de sa formation le 10 septembre 1790, il servit de 1792 jusqu'à l'an IV à l'armée du Nord. Nommé chef de bataillon et immédiatement attaché au général Moreau comme premier aide-de-camp le 26 germinal de cette dernière année, il le suivit à l'année du Rhin. Chef de brigade le 12 thermidor an VII, il conserva ses fonctions auprès de Moreau, passa avec lui à l'armée d'Italie, et prit part à la bataille de San-Giuliano que la négligence de Moreau à se conformer au plan d'attaque arrêté entre lui et Macdonald le conduisit à livrer avec vingt cinq mille hommes, contre trente-cinq mille Autrichiens, commandés par le général Bellegarde. Dans cette affaire de San-Giuliano, le chef de brigade Le Guay, ayant été chargé de porter un ordre de mouvement à l'extrémité de la ligne de bataille, s'aperçut dans le trajet que la position de l'ennemi qui avait motivé cet ordre venait de changer ; prenant alors sur lui une responsabilité qui pouvait lui être fatale, il n'hésita pas à donner aux chefs de corps un ordre contraire. Le succès de la journée fut le résultat de cette détermination hardie, qui lui attira les félicitations publiques de son général, bien qu'un pareil exemple d'insubordination fût rigoureusement punissable d'après les lois de la discipline militaire ; mais le succès justifie tout. Si le colonel Le Guay eût échoué, il pouvait y perdre la vie; au lieu de cela, l'affaire de San-Giuliano hâta son avancement Leguay retourna avec Moreau, en l'an VIII, à l'armée du Rhin, où il fut nommé général de brigade le 15 ventôse an IX. En non-activité le 1er vendémiaire an X, il reçut du service dans la 16e division militaire le 4e jour complémentaire an XI. Nommé, le 19 frimaire an XII, membre de la Légion d'honneur, il devint commandant de l'Ordre le 25 prairial suivant. Le 29 juillet 1806, mis à la disposition du vice-roi, commandant en chef l'armée d'Italie, pour être employé en Dalmalie, il rejoignit la Grande Armée à la fin de la même année. Créé baron de l'Empire en 1808, il fut employé dans la 31e division militaire le 24 décembre 1810, à l'armée d'Allemagne le 21 mai 1811 et assista aux batailles d'Essling et de Wagram. Il fit ensuite partie du 1er corps de la Grande Armée de Russie. Il se distingua sur plus d'un champ de bataille pendant cette mémorable campagne. Dans l'immense déroute qui suivit l'incendie de Moscou, il mourut de froid et d'inanition sur la route de Kowno à Pilwizki, le 16 décembre 1812.

BOITES SIMILAIRES

1) Boîte de pistolets d´Honneur offerte par le Directoire au général Lemoine conservés au Château-Musée de Saumur :

Les pièces produites par Boutet ne sont jamais totalement identiques, il combine à chaque fois avec grandeur.

La signature des pistolets de la boîte présentée sur boutetparis.com et celle du musée est par contre la même « Boutet » « DIRECTEUR » sur l’un et « Manufacture à Versailles » sur l’autre.

Nicolas-Noël Boutet agissait alors comme directeur de la manufacture requis par le Directoire.

2) Boîte vendue aux enchères chez Christie´s (New York) le 17 Novembre 2004.


Les textes et illustrations de ce site sont la propriété de Marianne Paris et ne peuvent être utilisés sans autorisation.
Editeur responsable : Marianne Paris. E-mail : mparis@boutetparis.com