Paire de pistolets ayant appartenus au Général Bernard Frère, Premier Empire

SOUVENIR HISTORIQUE

Pistolets provenant de la famille du général (certificat de provenance) ; il était originaire de Montréal dans l'Aube.

Pièces reprises dans la revue « Vive l'Empereur » (n° 4 septembre 2012)

article de Pierre Migliorini « Les pistolets du général Frère », pages 88 à 91.

BIOGRAPHIE :

FRERE Bernard-Georges-François, comte), général, né à Montréal (Aude) le 8 janvier 1764, y mourut le 16 février 1826.

Il était pharmacien à Carcassonne lorsqu'il s'engagea comme volontaire au 1er bataillon de l'Aude en 1791;

capitaine, le 2 septembre 1791 ;

servit aux armées du Midi, puis des Pyrénées, 1792-1793, des Pyrénées Occidentales, 1er mai 1793;

chef de bataillon le 9 mai 1793 ; passe à la 147ème de bataille le 20 septembre;

envoyé à l'armée des Pyrénées Orientales le 9 janvier 1794;

nommé provisoirement adjudant général chef de brigade par les représentants du peuple Monestier, Pinet et Cavaignac, 1 janvier 1794;

adjudant général chef de bataillon sous Pérignon à la prise du camp du Boulou le1er mai 1794;

chef de bataillon à la 4ème demi-brigade de ligne le 26 mai 1796;

à l'armée d'Italie en 1796-1797;

blessé à l'attaque des redoutes de Serra, puis à Bassano le 8 septembre 1796;

nommé chef de brigade de la 4ème de ligne, division Augereau, sur le champ de bataille le 8 septembre 1796;

à l'armée d'Angleterre en 1798;

chargé sous le général Point de reprendre les îles Saint-Marcouf, mais échoua le 9 avril 1798;

aux armées de Batavie et du Rhin en 1799-1800;

chef de brigade commandant l'infanterie de la garde consulaire le 3 janvier 1800;

général de brigade commandant les grenadiers de la garde consulaire, 13 septembre 1802;

commandant la 1ère brigade de la division Montrichard en Hollande le 25 mars 1803;

commandant à l'armée de Hanovre le 19 avril;

occupa les places de Stade et de Harburg en juin 1803;

commandant de la Légion d'honneur le 14 juin 1804;

commandant la brigade formée des 94ème et 95ème de ligne à la division Drouet au 1er Corps de la Grande Armée sous Bernadotte le 29 août 1805;

servit en Autriche, Prusse et Pologne, 1805-1807;

à Austerlitz le 2 décembre 1805;

à la prise de Lubeck le 6 novembre 1806;

commanda par intérim la division Rivaud du 1er Corps du 1er février au 6 mars 1807, puis la 1ère brigade de la 3ème division (Villatte) du 1er Corps sous Bernadotte , le 6 mars 1807;

servit à Spanden le 5 juin;

général de division le 6 mars 1808;

commandant à Aranda le 21 avril 1808;

commandant la 3ème division d'infanterie du corps de Dupont en Espagne à la place de Malher le 9 mai 1808;

s'empara de Ségovie le 7 juin 1808;

servit sous Moncey devant Valence en juillet 1808;

commandant la 3ème division du 3ème Corps de l'armée d'Espagne sous Moncey le 7 septembre 1808;

tomba malade et fut remplacé par Grandjean le 9 septembre 1808;

nommé commandant à Vittoria à la place de Lagrange le 8 novembre 1080;

rappelé au quartier général le 28 novembre 1808;

commandant la province de Tolède le 15 décembre 1808;

chef d'état-major de Lannes au siège de Saragosse en janvier-mars 1809;

comte de l'Empire le 18 mars 1809;

à l'armée d'Allemagne sur l'ordre de Berthier en avril 1809;

servit à Essling les 21 et 22 mai 1809;

commandant la 2ème division du corps d'Oudinot à la place de Claparède le 5 juin 1809;

blessé à Wagram le 6 juillet 1809 ; remplacé par Dupas le 9 juillet ;

disponible et autorisé à rentrer en France le 25 août 1809;

commandant une division de l'armée de Catalogne à la place de Souham le 15 mars 1810;

prit part sous Suchet au siège de Tortose du 22 décembre 1810 au 2 janvier 1811;

siège de Tarragone en juin 1811;

servit dans le royaume de Valence en septembre 1811;

commandant une division à l'armée de l'Ebre sous Reille le 25 janvier 1812, et obtint le même jour un congé de convalescence;

commandant la 13ème division militaire à Rennes le 8 février 1812;

commandant la 16ème division militaire à Lille aux Cent-Jours le 11 avril 1815;

mis en non-activité le 25 juillet 1815;

compris comme disponible dans le cadre de l'état-major général le 30 décembre 1818, mais ne fut plus employé;

admis à la retraite à compter du 1er janvier 1825, par ordonnance du 1er décembre 1824.

Le nom du général Frère est inscrit au côté Sud de l'Arc de Triomphe de l'Etoile.

Biographie extraite du Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la Révolution et de l'Empire (1792-1814), de Georges Six - Georges Saffroy Editeur, 1934.

DESCRIPTION :

Monture à long fût en noyer, crosse finement quadrillée à garnitures en acier.

Canon à cinq pans sur sa première moitié, légèrement tromblonné près de sa bouche.

Les canons ont conservé leur bleui d'origine, ils portent les poinçons « LF » avec branches de feuillages et la marque « M » surmonté d'une couronne.

Les poinçons et le tonnerre sont dorés.

Platine en acier poli signée « J.B. DUMAREST » (arquebusier à Marseille), chien à col de cygne, pièce de pouce en argent de forme ovale gravée « BF ». Garnitures en acier finement découpées et gravées de vasques et corolles fleuries.

Calotte en acier octogonale gravée d'une fleur. Baguettes en fanon de baleine avec embout en os et garnitures en acier.


Les textes et illustrations de ce site sont la propriété de Marianne Paris et ne peuvent être utilisés sans autorisation.
Editeur responsable : Marianne Paris. E-mail : mparis@boutetparis.com